Technique...
SCANNER DES PLANCHES ENCREES
par Jean-Jacques
 
Le devenir des planches encrées passe presque toujours par un passage au scanner afin d'obtenir un fichier image de qualité. Ce fichier image de la planche de BD noir et blanc sera ensuite utilisé soit pour l'impression, via un logiciel de PAO, soit pour la mise en ligne sur internet.
Mais, si l'on n'y prend pas garde, divers écueils peuvent détériorer la qualité de l'image initiale. Cet article fait donc part des quelques astuces à connaître pour bien réussir cette opération et disposer d'images fidèles à l'original.

 

Le matériel

Aujourd'hui, le facteur limitant n'est guère matériel, les scanners grand public sont très bon marché et permettent presque toujours d'aboutir à ses fins, moyennant quelques réglages. Les principales caractéristiques qui nous intéressent sont la résolution et la surface de numérisation:

En ce qui concerne la résolution, prêtez attention essentiellement à la résolution optique, la résolution interpolée ne garantissant pas la qualité recherchée. Les résolutions optiques des scanners grand public vont de 300 dpi à 3600 dpi. En pratique 600 ou même 300 dpi suffisent pour les travaux courants. Personnellement, bien que disposant d'un scanner à 600 dpi, je n'ai jamais été au delà de 300 dpi. Au dessus, la taille des fichiers s'alourdit énormément (la taille des fichiers augmente comme la surface, c'est à dire quadruple à chaque fois que l'on double la résolution), et ceci pour un gain de qualité pratiquement imperceptible à l'impression, même avec une imprimante de qualité.
En conclusion, pratiquement tous les scanners du commerce actuels ont donc une résolution suffisante, du moins pour nos travaux simples débouchant, par exemple, sur la publication dans un fanzine ou sur un site internet.

Pour ce qui est de la surface de numérisation, l'idéal est un A3 (29,7 cm x 42 cm) car c'est la taille souvent retenue pour les planches originales de BD. Ces scanners A3 étant, jusqu'à peu, très onéreux et réservés aux professionnels, le commun des mortels devait se contenter de scanners A4 (21 cm x 29,7 cm). Mais aujourd'hui on commence à trouver des scanners A3 abordables.
Les scanners A4 permettent cependant de se débrouiller. Il suffit de scanner la planche en deux parties ou bande par bande, en faisant le remontage ensuite, soit avec le logiciel de PAO, soit dans l'élaboration de la page web.

Le SnapScan 1236 de Agfa de l'auteur de l'article. Ce modèle ancien et basique de format A4 suffit en fait pour nos travaux de BD amateur, même si un A3 apporterait un peu plus de confort. Le Paragon 3600 A3 Pro de Mustek, un scanner permettant de scanner des planches de 29,7 x 43,1, à une résolution de 1800 dpi (750 €). Le même fabricant propose aussi un scanner A3 à seulement 170 €, mais dont la résolution optique est limitée à 300 dpi (voir http://www.pearl.fr).

 

Scanner des planches encrées sur papier blanc

Après avoir essayé et comparé de multiples réglages au début, je scanne maintenant toujours les planches soit en 300 dpi au trait noir et blanc, ou en 150 dpi en niveau de gris.

Scanner en noir et blanc intégral permet d'avoir des tracés parfaitement contrastés puisqu'il n'existe que deux couleurs: noir total ou blanc total. Cette méthode ne peut être utilisée, naturellement, que s'il n'y a aucun dégradé à conserver, ce qui est habituel pour les planches encrées traditionnelles. Ces fichiers se nettoient ensuite assez facilement en repassant un pinceau blanc sur les quelques points noirs indésirables.
Par contre, leurs dimensions sont importantes et ce format noir et blanc intégral/300 dpi n'est pas adaptée à l'affichage écran. Si l'on veut les utiliser à cet effet, il faut en réduire la taille. Mais, sous ce format au trait noir et blanc la réduction dégrade la qualité du trait. Pour conserver celui-ci il faut préalablement à la réduction de dimension transformer le fichier-image en niveau de gris.

Scanner directement en niveau de gris simplifie l'opération et permet d'obtenir des images de tailles plus raisonnables pour la manipulation à l'écran. En effet, en niveau de gris, on peut obtenir la même finesse de trait que précédemment avec une résolution de seulement 150 dpi. L'inconvénient de ce scan en niveau de gris va être l'éventuelle faiblesse du contraste. Ce contraste peut ensuite être renforcé avec le logiciel de dessin mais, la meilleure fidélité de l'encrage est obtenu en effectuant des réglages directement avec le pilote du scanner, avant la capture de l'image.

Ce scan d'une fraction de vignette encrée sur papier a été contrastée avec l'option Histogramme du pilote du scanner, réglée avant capture (voir ci-dessous). Tout ce qui est au dessus de la ligne verticale de gauche est traité en noir intégral. Tout ce qui est en dessous de la ligne verticale de droite est traité en blanc intégral.
La différence entre les deux captures de gauche tient au réglage de cette option Histogramme. En bas, les curseurs ont été placés plus à gauche de l'histogramme qu'en haut, si bien qu'il y a plus de surface blanchie. En pratique, on peut ainsi "graisser" ou "affiner" le trait d'encrage des planches.

Il est toujours préférable de sauvegarder les fichiers images de planches encrées et scannées au format GIF plutôt qu'au format JPG. En effet, pour ces images totalement contrastées, le format GIF n'est pas destructif et donne des fichiers plus petits. Dans l'exemple ci-dessus (bulle "Il fatigue votre cheval"), la taille du fichier GIF est de 6 octets alors que le même en JPG serait de 11 octets, avec une qualité qui serait pourtant moindre.

 

Scanner des planches encrées sur papier calque

L'encrage sur papier calque est très commode pour ceux qui ne disposent pas de table lumineuse. Par contre, compte tenu de la transparence du papier et de sa teinte grisâtre, un scan peu donner de mauvais résultats, avec un fond gris et des effets de flous très désagréables. Pour éviter ces problèmes, on utilise le mêmes techniques que précédemment (encrage sur papier) mais en renforçant encore les paramètres de corrections. Il faut ainsi soit corriger ultérieurement l'image en renforçant énormément le contraste sous un logiciel de dessin, soit sacanner en niveau de gris avec un réglage du pilote instaurant un contraste total dès la capture de l'image, soit scanner en noir et blanc intégral.

Fraction de vignette encrée sur papier calque et scannée en 150 dpi. En haut à gauche, le scan original, avec le fond grisé inacceptable.


En bas à gauche, la même image après renforcement du contraste utltérieur sous un logiciel de dessin. Ici, la correction permet d'arriver à un résultat correct, mais il n'est pas toujours facile de supprimer tous les effets de flous.

 

La même fraction de vignette scannée à 150 dpi avec un réglage de l'option Histogramme du pilote de scanner vers la zone centrale.

Une fraction de la vignette scannée à 300 dpi en noir et blanc intégral. L'encrage est très propre. Seul point faible de cette technique, le bord des traits est un peu crénelé mais ce défaut n'apparait plus à la réduction sur le papier.
Par contre, si l'on veut ensuite réduire la taille de cette image pour l'afficher sur le web, par exemple, il faut avant la transformer en niveau de gris avec l'otion Format/Type de données (ou équivalent) votre logiciel de dessin habituel. Sinon la réduction va dégrader considérablement la qualité du trait.

Ci dessus, à gauche, réduction directe de l'image restée en noir et blanc, à droite, réduction après passage en niveau de gris. Les niveaux de gris permettent de maintenir un certain lissage du trait

 

Application pratique avec une planche entière

La planche de Lila ci-dessus a été encrée sur papier calque, scanné en noir et blanc intégral (taille 2300 pixels x 3200 pixels), puis transformée en niveau de gris avant d'avoir sa taille réguite (600 pixels x 842 pixels) pour affichage à l'écran.

WESTERN PARADE, de Lila

 

Ces explications sont sans doute à adapter quelque peu pour chaque type de scanner mais, globalement, on trouvera les réglages équivalents dans la plupart des matériels.