Dessine-moi...
Les TÊTES à la TARDI
par Jean-Jacques
 
Jacques Tardi, dessinateur des Nestor Burma, Adèle Blanc-Sec, Le Cri du peuple, etc, a une façon bien à lui de représenter les personnages. C'est à la fois réaliste et très codifié. Les physionomies des personnages sont simplifiées et caricaturées sans tomber dans les "gros nez". Décorticage d'un style...

 

Nestor Burma, le privé de Léo Malet, mis en BD par Tardi. Ce personnage récurrent illustre la technique de représentation des visages de Tardi. Comme pour le Tintin de Hergé, le nez est toujours latéralisé. Les yeux sont réduits à l'état de fente ou de point. Un sourcil est représenté dans le prolongement de l'aile du nez. La bouche est un simple trait. Les oreilles des hommes sont grandes.

 

Un personnage du début de carrière de Tardi. La notoriété de Tardi s'installa avec la parution de Rumeurs sur le Rouergue, en 1972. Dans cette BD, on voit Tardi hésiter entre une représentation réaliste et classique des traits et les prémices de son système de simplification. Le personnage de droite n'est pas original mais la "reconstitution" du même visage avec le style actuel de Tardi. Son style s'épure toujours et, dans le Cri du Peuple, sa dernière bande dessinée, on voit toujours son graphisme évoluer vers la simplification.

 

Le dessin au trait de type Tardi par calque sur photographie.

Le visage féminin à la Tardi
et la photo originale.

La morphologie est à peine transformée.
Tout est dans la sélection
de traits majeurs, dessinés en "ligne claire"

 

La codification des yeux et des oreilles de Tardi. De profil, Tardi met également en continuité l'oeil et les sourcils, ce qui n'est pas qu'une vue de l'esprit (observez bien les yeux de vos voisins !).

 

Divers personnages de Tardi. Les femmes ont les lèvres ourlées, le nez adouci et les têtes plus rondes.

 

Deux expressions de Nestor Burma.

Tous les personnages de Tardi contrôlent leur expression par rapport à ce que l'on rencontre habituellement en bande dessinée.


Cette analyse du graphisme de Tardi montre la représentation réussie de personnages en bande dessinée ne passe pas forcément par la prouesse graphique. Tardi est économe de ses moyens, tant pour les visages que pour les attitudes générales, ce qui n'empêche en aucune manière l'expressivité générale.