Dessine-moi ...
Les OISEAUX AQUATIQUES
par Jean-François
 
Natures ou humanisés, les oiseaux font parti du bestiaire classique de la BD, offrant toute sorte de caractères, du canari malicieux au hibou lourdaud. Pour cette petite étude ornithologique, nous examinerons en détail la mouette et ses cousins palmés, avant de décliner quelques autres espèces.
 

Les formes de base

Un corps est en ogive (aérodynamisme oblige) et d’un bloc (observez la carcasse d’un poulet; les vertèbres sont soudées entre le cou et le croupion). La tête est formée de trois sous ensembles: le crâne et une base où le bec s’implante. La queue de plumes coiffe le croupion et les pattes sont filiformes.

Tête sous toutes les coutures


Une tête est donc formée de trois volumes, le crâne et la "face" (comme dans les autres espèces animales) et le bec. Les formes de base identifiées, il ne reste plus qu’à faire pivoter le tout dans l’espace.

Tête semi-réaliste d’oiseau de mer, avec sa petite pupille.
La danse des canards (et des mouettes)

Les oiseaux aquatiques sont palmés. Comme chez le nageur, les palmes sont efficaces dans l'eau mais donnent l'air gauche sur terre. D'autre part, les attaches des pattes sur le corps sont très écartés et le déséquilibre induit par chaque lever de pattes doit être compensé. Si tous les oiseaux se dandinent plus ou moins en marchant, c'est donc particulièrement exacerbé chez les palmipèdes. Rappelez-vous la danse des canards.

A l'arrêt, les oiseaux se tiennent volontiers en équilibre sur une patte. Attention à désaxer la patte pour que le centre de gravité soit toujours au dessus du point d'appui au sol.
En marchant, les goélands, mouettes, canards et autres palmipèdes se balancent fortement d'un pied sur l'autre.

Autre oiseau aquatique le canard, ici dans deux versions :
habillée non humanisée (par Maester) et humanisée à poil… pardon, à plume (Daffy).

Des zoziaux de toutes sortes

Le vol des oiseaux