Dessine-moi ...
LA COULEUR EN BD
(1ère partie)
 
Le bédéiste amateur privilégie le noir et blanc car la reproduction en petite série de planches couleurs est très onéreuse. La frustration restait très relative quand l’on voyait le coloriage sans nuance, avec des couleurs primaires, de la bande dessinée d’antan. Ce style de colorisation l’a desservait autant qu’elle ne l’a servait.
Mais les choses changent. Aujourd’hui, les mises en couleur sont plus subtiles. Que ce soit à l’aquarelle classique ou liquide, à l’ordinateur avec un logiciel spécialisé, par exemples, la couleur peut devenir un véritable moyen d’expression artistique renforçant considérablement l’ambiance du récit. Enfin, la publication sur Internet rend la diffusion des œuvres en couleur accessible à l’amateur, sans frais particulier.
A nous donc la couleur.

Le cercle chromatique

Même si l’utilisation de la couleur peut être intuitive, il n’est pas inutile de revoir brièvement quelques éléments théoriques.
* Couleurs chaudes:
Jaune Orange Rouge

* Couleurs froides:
Vert Bleu Violet

* Complémentaires:
Orange Bleu
Violet Jaune
Vert Rouge
* Classification verticale:
Jaune Rouge Bleu = couleurs primaires
Orange Vert Violet = couleurs secondaires

L’addition des primaires donnent du noir
Noir et blanc sont des « Non-couleurs »
Creuser l'espace

La façon la plus sommaire est de faire une dégradation en valeur: plus le plan est loin, plus il sera clair.
Plus subtil, on peut associer les tons chauds aux avants-plans, les teintes froides aux arrières-plans.
Le rouge est la couleur qui apparaît la plus proche de l’œil; c’est pourquoi il est judicieux d’appliquer cette couleur, en touches ou en masse, aux avants-plans.
Plan d’ensemble (dans Outsiders, de Jean-François Miniac). Plus on s’éloigne, plus les couleurs s’éclaircissent et deviennent froides.
Comment faire une ombre

On a trois solutions. La plus rustique est l’addition d’une teinte sombre (une terre, un ocre ou un noir) à toute la partie ombrée de l’objet. L’ombre peut être aussi, tout simplement, un aplat de noir total.
Une variante est d’additionner du bleu à toute la partie ombrée.
La manière la plus subtile est d’additionner la couleur complémentaire à la couleur propre de l’objet pour réaliser son ombre. Prenons un vase rouge, pour faire l’ombre propre à cet objet, on mélangera au rouge sa partie complémentaire, à savoir du vert. Autre exemple, l’ombre d’un objet bleu se réalisera en additionnant de l’orange au bleu.
Pour en savoir plus, vous pouvez voir l'article "Les ombres en couleur".
Comment faire une lumière

Il faut s’interroger sur la qualité colorée de la lumière de la scène. Est-ce une lumière naturelle ou artificielle ? Est-ce une couleur chaude ou une couleur froide ?
Ex. de lumière chaude: blanc + point de jaune + couleur propre de l’objet éclairé.
Ex. de lumière froide: blanc + pointe de bleu + couleur propre de l’objet éclairé.
Cette qualité de lumière devra être systématiquement appliquée sur les parties en lumière, de tous les objets sans exclusion. C’est cette systématisation qui fera la cohérence de votre case.

A l’extérieur, saison et lumière froide et, à l’intérieur, chaleur ambiante. Le vêtement rouge de la dame, au premier plan, est bienvenu (dans Les Compagnons du crépuscule, de Bourgeon).
---> Suite de l'article