Dessiner...
La CALLIGRAPHIE BD
par Jean-François

Vous me ferez une page d'écriture... Voici le genre d'exercice qui eut son heure de gloire à l'école. Même si celà vous a laissé de mauvais souvenirs, si vous voulez faire de la bande dessinée, il vous faut faire des révisions ou un cours de rattrapage. C'est ce que Jean-François nous propose.


Deux règles de base: LISIBILITE - CARACTERE

La première exigence d'une bande dessinée, tant pour le dessin que pour les textes, c'est d'être lisible. Le piège de l'écriture, c'est que l'on écrit le plus souvent pour soi, en cours ou ailleurs. Parce que l'on sait se relire, on imagine qu'il en sera de même pour les lecteurs. Or, non familiarisé avec les tics et travers d'écriture de l'auteur, la lecture peut être beaucoup plus difficile que le créateur de la BD ne l'imagine. Le réflexe indispensable pour que son oeuvre reste accessible, c'est de se mettre dans la peau de l'autre et de créer autant pour le lecteur que pour soi. Cela s'applique au texte, comme à la mise en scène.
Il ne suffit pas d'être "déchiffrable": il faut que la lecture soit homogène. Si vous écrivez à la va-vite, votre écriture sera nécessairement irrégulière. Pour le lecteur, celà veut dire un effort pour vérifier à chaque A que c'est bien un A, même s'il n'a pas tout à fait la même allure que les précédents. Bien sûr, le lecteur reconnaîtra le A mais il devra focaliser son attention sur le texte, au détriment de son attention pour l'image, qui devrait pourtant être essentielle. Le deuxième conseil pour écrire lisiblement est donc... de s'appliquer. Ceci peut apparaître un peu ringard, mais c'est pourtant indispensable, et pas toujours pratiqué.

 

Un exemple de texte bâclé. Pour celui qui a écrit, c'est lisible. Mais le lecteur va hésiter sur les mots, obliger qu'il est de décrypter des lettres irrégulièrement transcrites.

L'autre exigence du lettrage en bande dessinée est que celui-ci est suffisamment de caractère et de fluidité. En effet, le dessin de BD est toujours plus ou moins stylisé et personnalisé. Pour cette raison, une écriture mécanique ou impersonnelle choquera par son incohérence avec le dessin, alors que les deux devraient se fondre et confondre dans les vignettes et dans la tête du lecteur. C'est la raison pour laquelle un lettrage informatique, même avec une police de caractère adaptée, est souvent moins percutante qu'un lettrage manuel.

Encore des travers à éviter. La ligne du haut est écrite de façon trop raide. La ligne du bas, écrite au stylo bille très fin se reproduira difficilement et sa lisibilité risque d'être problématique.

Que ce soit en minuscule ou en majuscule, il faut donc trouver un juste équilibre entre une écriture lisible et suffisamment appliquée, comme ici, sans verser dans la rigidité et l'absence de caractère.

Extrait de vignette d'une BD de Jean-François avec, en haut, l'original, et en bas la reproduction après traitement au scanner pour éliminer le tracé du papier millimétré. Il faut toujours écrire sur des portées pour éviter les dérives et ondulations verticales. Celles-ci peuvent être tracées au crayon puis effacées ou alors on peut utiliser des supports proposant des lignes en traits légers, comme ici.


Une mise en bulle intelligente

Les règles de base sont dans l'équilibre des lignes et des césures et dans la concordance avec le contenu du texte.
Vous éviterez à tout prix de couper des mots, même en utilisant les tirets. De telles coupures cassent la lecture du mot et créent une rupture dans l'interprétation du texte dans le mental du lecteur. Mieux, en milieu de phrase, vous retournerez à la ligne de préférence aux points de respiration naturelle du texte, en laissant groupé autant que faire se peut les mots qui sont naturellement associés dans leur interprétation.

S'il faut disposer ce texte dans sa bulle sur plusieurs lignes, on fera les césures aux points indiqués, en concordance avec les idées formulées et en assurant un certain équilibre des lignes. N'oubliez pas également de prévoir de l'air autour du texte, à l'intérieur de la bulle.

 

Le style

Dernier point, le style d'écriture. On peut travailler en minuscule (c'est plutôt le cas en BD réaliste) ou en majuscule (plutôt en BD humoristique). Le style des caractères est souvent assez personnel, comme l'est le dessin, et c'est tant mieux.
Il existe cependant deux ou trois idées applicables quelque soit son style et qui rendent l'écriture plus dynamique et attrayante.

Orientez les "horizontales" en diagonales ascendantes.
Créez des asymétries.
Eviter l'impression de mollesse en créant des tensions, des angulations.


Finalement, établisez votre alphabet type, respectant votre style
mais aussi les quelques règles décrites plus haut.

Nous vous conseillons d'observer attentivement les lettrages de maîtres en la matière, comme Gotlib (pour les majuscules) ou Hergé (pour les minuscules). N'hésitez pas à faire quelques recopiages de leurs textes en imitant leur lettrage, cet exercice vous permettant de mieux comprendre la construction de leur écriture. Puis, revenez sur votre style naturel mais en essayant d'appliquer les conseils ci-dessus... Finalement, adoptez une écriture BD qui vous est propre tout en étant lisible et régulière.