TROMBINE (2ère partie)

Retour à la page accueil

 

Vers la compilation des articles précédemment publiés

La figure de Tintin, telle que vous l’avez  découvert  avec la première partie de la leçon sur la trombine, est un modèle de simplification mais aussi de visage lisse et neutre. « C’est peut-être fait pour » d’ailleurs, beaucoup de héros de BD sont des personnages sans défaut  et plutôt « passe-partout » dans lequel chacun peut s’identifier.  Les personnages humoristiques ayant le plus d’intérêt ne sont sans doute pas les « Tintin » mais plutôt les « Haddock » et autres énergumènes typés avec des caractères physiques et psychologiques moins banaux. Voici comment leur faire le portrait.

Tout en rondeur.
 

De face

Souvent, la tête d’un homme est formée de deux volumes: la boîte crânienne en partie haute et la moitié inférieure du visage. Ces deux volumes, de taille relative différente selon la physionomie du personnage (« haut ou bas de plafond ») sont dessinés simplement. La ligne de partage entre le haut et le bas du visage apparaît alors nettement, avec un rétrécissement correspondant aux tempes. Au dessus de cette ligne de partage sont insérés les prunelles des yeux et, dessous, sont attachés le nez et les oreilles. Cette ligne de partage se situait juste au milieu du visage dans la trombine standard de Tintin mais on peut la situer différemment selon le personnage. Ainsi, on l’a descend notablement pour un enfant. Technique classique en BD humoristique, les globes oculaires sont dessinés en forme ovale dont les axes forment un V. Les sourcils sont placés au dessus, dans la continuité de ces mêmes axes.
Les personnages de BD de l’école franco-belge sont fréquemment des « gros nez » mais l’attache du pif reste toujours assez fine et placé entre les yeux.
Reste à identifier très succinctement la bouche, ici avec une lèvre inférieure lippue.

De trois-quart

Les volumes ayant été bien positionnés de face, il n’y a plus qu’à faire tourner lentement l’ensemble, comme on le ferait avec des ballons. Pour commencer, sur les deux volumes de base, tracez l’axe de symétrie vertical, qui prend une allure incurvée.
Les « ustensiles » de la tête que sont les yeux, le nez, la bouche et l’oreille visible sont repositionnés en s’appuyant sur les repères horizontaux et verticaux.
Le pavillon de l’oreille, orientée naturellement légèrement vers l’avant, apparaît sous cet angle comme un ovale complet.


Le côté fuyant du visage

L’œil et la partie de la bouche situés sur le côté fuyant du visage doivent être réduits par tassement latéral. C’est logique, notre visage n’est pas plat et les parties opposées à l’observateur s’estompent dans la courbure de la tête. C’est ce qui donnera un aspect volumétrique à votre tête. 

De profil

Ayant parcouru un quart de tour supplémentaire, nous voilà de profil. L’oreille est placée juste derrière l’axe vertical partageant la partie avant et arrière du visage.
A propos d’oreille, son allure change selon le l’angle de rotation de la tête et apparaît presque « sur la tranche », dans une vue de profil.

 

 


Pifs humoristiques

Les pifs humoristiques se conjuguent ainsi: une partie supérieure plus ou moins rectiligne, une courbure continue pour les parties avant et inférieure, courbure qui vient mourir près du point de départ, l’attache restant fine, même pour les « gros pifs » (contrairement aux nez réalistes). Tout en suivant ces repères classiques, vous pouvez ensuite varier avec des longs ou courts, des fins ou massifs tarins.

---> Comment dessiner les têtes en plongée et contre-plongée

---> Comment dessiner des têtes simplifiés, "à la Tintin"

Retour à la page accueil

 

Vers la compilation des articles précédemment publiés